Une menace de grève plane sur l'aéroport de Montréal

Une menace de grève plane sur l'aéroport de Montréal alors que les 250 syndiqués de Swissport ont voté à 99% en faveur du déclenchement d'une grève le 25 décembre prochain.

Une menace de grève plane sur l'aéroport de Montréal alors que les 250 syndiqués de Swissport ont voté à 99% en faveur du déclenchement d'une grève le 25 décembre prochain. 

Ces travailleurs membres de la Section locale 2301 du Syndicat des Machinistes sont responsables de l'entretien et du ravitaillement en carburant des avions de l'aéroport de Montréal et de Mirabel.

Swissport, propriété de la firme chinoise HNA Group, est l'unique fournisseur de carburant pour toutes les compagnies aériennes. Une grève pourrait donc entraîner d'importants retards durant les vacances des Fêtes, selon le Syndicat. 

Les deux parties sont actuellement en médiation dans l'espoir d'arriver à une entente. La convention collective est échue depuis le mois d'août dernier. Les salaires et conditions de travail sont au coeur du litige. 

«On préférerait obtenir une convention collective équitable et négocier de bonne foi les conditions de nos membres mais l'attitude de l'employeur, à ce stade-ci du processus de négociation, ne nous donne aucun autre choix.» a déclaré Peter Tsoukalas, président général du district 140.

Swissport se fait rassurante

Des mesures alternatives pourraient être mises en place pour ravitailler les appareils durant un éventuel conflit. Le travail pourrait être effectué par du personnel cadre.

«Nous souhaitons rassurer nos clients et les voyageurs que nous avons les ressources nécessaires pour poursuivre les activités et serons en mesure de faire face à toute éventualité. Les négociations vont présentement bon train et les deux parties consacrent le temps et l’énergie nécessaires pour en arriver à une entente dans les délais.  Nous travaillons étroitement avec ADM pour réduire les perturbations aux passagers.» -Louis-Philippe Charland, Vice-président, Ressources humaines, Canada de Swissport

De son côté, le syndicat ne croit pas que les cadres puissent être en mesure de prendre la relève.

Dans un contexte de grève, les cadres ne seraient pas capable de prendre le travail supplémentaire qu'il y aurait. La tâche serait vraiment énorme, donc oui il pourrait y avoir un impact majeur pour toutes les compagnies aériennes.-Maxime Nicole, président de la section locale du syndicat des machinistes

Aéroports de Montréal suit la situation de très près nous assure sa porte-parole, Anne-Sophie Hamel. 55 000 passagers transitent quotidiennement via l'aéroport Montréal-Trudeau durant la période des Fêtes.