Beauce : le décès d'un travailleur de 14 ans était évitable

chariot élévateur, forklift

Le décès d'un adolescent de 14 ans écrasé par son chariot élévateur, dans la cour de l'entreprise PJB industrie à Saint-Martin en Beauce, aurait pu être évité selon la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail.

L'enquête de la CNESST relève trois causes parmi les facteurs qui ont mené au drame, notamment le manque de supervision et le fait que la victime ne portait pas sa ceinture de sécurité.

Le rapport démontre également que la manoeuvre pour retirer un bac de résidus métalliques d'un conteneur n'était pas sécuritaire ce qui a entrainé le renversement du chariot.

Le bac a glissé  dans le conteneur pendant que le travailleur tentait de le vider. Avec un collègue, la victime a accroché une chaîne au bac après l'avoir enroulé autour de l'une des fourches du chariot afin de le tirer vers l'extérieur.

La chaîne était toutefois trop longue ce qui a provoqué un relâchement soudain de la tension lors du recul et l'accident.

Le jeune homme a succombé à ses blessures le jour même à l'hôpital. Il était disponible pour travailler puisque son école secondaire était fermée à cause de la pandémie.

Le travailleur a soulevé les fourches au maximum pour tendre l'élingue et sortir le bac, mais la hauteur du mât du chariot était insuffisante. Il a alors procédé à une manœuvre de recul pour tirer le bac hors du conteneur : le bac est sorti, provoquant le relâchement soudain de la tension de l'élingue et entraînant le renversement du chariot élévateur. Le travailleur s'est ainsi retrouvé coincé sous le véhicule. 

- extrait du rapport de la CNESST

L'âge minimal pour opérer un chariot élévateur est de 16 ans au Québec et les caristes doivent porter en tout temps la ceinture de sécurité.

L'entreprise PJB industries se spécialise dans la conception et la fabrication d'équipements industriels lourds.  La CNESST lui a remis un constat d'infraction de plusieurs milliers de dollars.

94 750 accidents de travail ont été recensés l'an dernier au Québec, dont 57 ont été fatal.