Convoi de la liberté : vers une manifestation sous haute tension à Ottawa

camion.1

La manifestation prévue demain (samedi) à Ottawa pour protester contre la vaccination obligatoire des camionneurs qui traversent la frontière risque de rassembler plusieurs sympathisants de l’extrême droite, selon des experts des mouvements radicaux. 

Plusieurs personnes impliquées dans l’organisation du convoi de camionneurs qui sillonne depuis plusieurs jours les routes du pays sont connues des organisations qui surveillent la droite radicale au Canada.

L’un des organisateurs, Pat King, est cofondateur du mouvement séparatiste albertain Wexit. Le blogueur partage régulièrement du contenu suprémaciste blanc sur Facebook, en plus d’encourager ses quelque 150 000 abonnés à harceler des politiciens et des militants antiracistes.

La femme à l’origine de la campagne de sociofinancement en soutien au convoi, Tamara Lich, est une ancienne travailleuse de l’industrie pétrolière devenue secrétaire du parti Maverick, inspiré par le mouvement de M. King. Elle a été impliquée dans l’organisation du convoi des Gilets jaunes canadiens, en 2019, au cours desquelles des participants ont proféré des menaces de mort à l’endroit du premier ministre Justin Trudeau.

«Ce qu'on observe depuis le début de la pandémie, c'est clairement un lien entre l'extrême droite et le mouvement conspirationniste, au Canada anglais, mais aussi au Québec», souligne David Morin, cofondateur de l’Observatoire sur la radicalisation et l’extrémisme violent.

«La base, c’est les théories du complot, renchérit Sébastien Roback, chercheur au Réseau anti-haine. C’est l’idée qu’il y a une élite mondialiste qui tente de nous contrôler.»

Ces théories du complot liées à l’extrême droite, explique-t-il, sont les fondements de mouvements comme le Wexit et comme celui des gilets jaunes, mais aussi du mouvement antivaccin, ce qui facilite les échanges d’idées entre les différents groupes.

«C’est une expression de ras-le-bol, décrit-il. Tout ce que ça leur prend, c'est une cause pour s'unir. En 2017, le mouvement s'opposait à une motion contre l'islamophobie à Québec.»

Les mesures sanitaires et le vaccin sont donc en quelque sorte la saveur du moment pour ces groupes, selon ces experts.L’Association canadienne du camionnage (ACA) s’est quant à elle dissociée du convoi, rappelant que la vaste majorité des camionneurs canadiens sont vaccinés. 

« L’ACA croit que de telles actions – surtout celles qui nuisent à la sécurité publique – ne sont pas la façon dont les désaccords avec les politiques gouvernementales devraient être exprimés», a fait savoir l’organisation par voie de communiqué.

Risques de violence

Alors que les autorités policières se préparent à voir défiler jusqu’à 2000 personnes dans les rues d’Ottawa samedi, les risques de débordements et de violence sont bien présents, selon les deux chercheurs.

«Il y a, dans une partie du mouvement conspirationniste au Canada, une forme d’admiration pour les Américains qui ont attaqué le Capitole», souligne David Morin.

La police d’Ottawa a affirmé être au courant de «propos déplacés et menaçants en lien avec cette manifestation», jeudi.

Capture écran Facebook