Drame à Wendake : La Commission des droits de la personne enquêtera

Police Sûreté du Québec (Sûreté du Québec)

La Commission des droits de la personne confirme qu'elle lance une enquête concernant le drame survenu à Wendake, au cours duquel deux enfants ont perdu la vie, dimanche.

L'organisme souhaite déterminer si les droits des petites victimes ont été respectés, alors que leur situation a fait l'objet de signalements à la DPJ dans le passé.

Ce type d'enquête n'étant toutefois pas publique, aucun commentaire ne sera fait à ce sujet, mais des recommandations pourraient être émises à la suite du dépôt du rapport. 

Rappelons que deux garcons âgés de deux et cinq ans ont été trouvés sans vie dans une résidence, tôt dimanche matin.

Un homme de 30 ans, Michaël Chicoine, s'est ensuite rendu à la police et fait maintenant face à deux accusations de meurtre au deuxième degré. Il sera de retour en cour le 11 novembre prochain.

Le premier ministre touché par le drame

Le premier ministre François Legault a offert ses condoléances à la famille des petites victimes lors du point de presse quotidien sur la situation de la COVID-19, cet après-midi.

"Je veux transmettre toutes mes condoléances à la famille et à la communauté de Wendake. Ça a touché tous les québécois. C'est toujours impossible à comprendre quand quelqu'un tue deux jeunes enfants, on se demande pourquoi, pourquoi on en vient là. (...) Toutes nos pensées sont avec la famille." - François Legault

En plus de l'enquête de la Commission des droits de la personne et de la jeunesse, la Sûreté du Québec et le coroner se pencheront aussi sur les circonstances du drame.

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a lui aussi annoncé la tenue d'une enquête externe pour éclaircir  les raisons pour lesquelles les signalements à la DPJ n'ont pas été retenus.  

"Les informations que j'ai obtenues en lien avec ce dossier me poussent à demander cette enquête. Je tiens à vérifier que les interventions dans ce dossier ont été menées de manière adéquate."  - Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux.

Le rapport doit être rendu le 5 décembre prochain.