Horreur à Québec : le suspect avait des motivations personnelles

Qc attaque 2 Steve Jolicoeur

Le suspect de l'attaque à l'arme blanche ayant fait 2 morts et 5 blessés, hier soir à Québec, ne serait lié à aucune organisation ou groupe terroriste.

L'individu de 24 ans, provenant de la rive-nord de Montréal, aurait choisi ses victimes au hasard, selon le Service de police de la Ville de Québec, mais il avait visiblement l'intention qu'elles soient le plus nombreuses possible. 

Le directeur du SPVQ, Robert Pigeon, estime que le geste était prémédité, mais précise qu'aucune information ou aucun antécédant ne permettait de prévoir les plans du suspect à ce moment précis. Le suspect qui portait un costume d'apparence médiévale en trainant un sabre japonais se serait stationné vers 22h30 devant le Château Frontenac. Il aurait semé la terreur dans le Vieux-Québec jusqu'à 1h00 du matin.

"Le fait qu'il désirait faire le plus de victimes possible relève beaucoup de son comportement au moment de poser les gestes . Nous n'avions aucune information dans les bases de données avant, concernant son dossier judiciaire ou ses intentions réelles le jour de l'Halloween, ici à Québec." - Robert Pigeon, directeur du SPVQ.

Il a immobilisé son véhicule dans le secteur du Château Frontenac vers 22h30, avant de poursuivre sa route à pied,  portant un costume médiéval et armé d'un sabre japonais de type Katana.

Toutes les victimes sont résidentes de Québec, incluant deux ressortissants Français. Les identités n'ont pas été précisées. Les cinq personnes blessées sont toutes hors de danger, bien qu'elles ont subi d'importante lacérations.

25 scènes de crime sont sous enquête.

Suite à la tragédie, l'Université Laval a annoncé que les drapeaux seraient mis en berne, dans un geste de soutien à la population.

L'attaque résonne à l'étranger

La cavale meutrière du suspect a rapidement fait le tour du monde. Les grands réseaux d'informations ont tôt fait de raconter la nuit d'horreur vécue par les résidents de la capitale. CNN titrait qu'un suspect costumé en médiéval avait fait 2 morts et 5 blessés alors qu'à Paris, le quotidien Le Monde évoquait un homme armé d'une épée en lien avec le double meurtre.

Au Moyen-Orient, la version anglophone d'Al Jazeera mentionnait qu'une attaque avec une arme tranchante avait fait deux morts.

Santé mentale

Le maire de Québec Régis Labeaume et la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault ont tous les deux insisté sur l'aspect de la santé mentale.

D'une part et sans présumer de rien, le maire Labeaume a rappelé que la détresse psychologique représente l'un des enjeux les plus importants en ce qui a trait à la sécurité des grandes villes canadiennes. Les deux élus ont aussi souligné que les proches des victimes ainsi que les survivants auraient des ressources psychologiques à leur disposition pour les accompagner au lendemain de ce cauchemar épouvantable.

Voici une liste des ressources d'aide en santé mentale disponibles au Québec et au Canada.

L'Espace mieux-être Canada a également été mis sur pied dans la foulée de la pandémie de Covid-19. La plateforme dirige les citoyens vers des organismes de soutien. Pour un soutien immédiat, textez MIEUX au 741741 ou FRONTLINE, toujours au 741741, pour parler à un intervenant de première ligne.

Organismes offrant des lignes d’écoute :

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale s'est notamment adressée à la population via les réseaux sociaux pour l'inviter à communiquer avec ses services en cas de besoin.

Le maire de Québec Régis Labeaume a également tenu à rappeler ce matin qu'il existe des services d'aide pour sa population via la ligne 211.

"Tous ceux et celles qui se sentent un petit peu désarmés ce matin, ou tristes, ou qui ont de la difficulté à se comprendre eux-mêmes, n'hésitez pas à appeler au 211. Il y a des gens là-bas qui vont vous rediriger vers des services dont vous pourriez avoir besoin, alors n'hésitez pas, ils sont là pour ça." - Régis Labeaume, maire de Québec.

Avec la collaboration de Philip Rodrigue-Comeau, journaliste Bell Média à Québec