L'accusé nie avoir menacé d'immoler sa future ex-femme

Wedding

L'homme accusé de harcèlement et de menaces de mort envers sa conjointe parce qu'elle refusait de divorcer jure qu'il n'a jamais évoqué l'idée de l'immoler comme c'est arrivé à «sa cousine» ici même à Québec.

Souhaib Douib a profité de son contre-interrogatoire hier au palais de justice de Québec pour nier les allégations, reprochant au passage à la plaignante d'avoir vécu à son crochet pendant trois ans.

Le chauffeur de taxi de 32 ans mentionne qu'elle ne voulait pas payer la moitié des factures du couple, même si elle venait de se trouver un emploi.

Il avoue néanmoins que cette situation l'a énervé au point où il a engueulé la mère de 29 ans vers la fin du mois d'août. L'appel au 9-1-1 a suivi dans les heures suivantes.

L'accusé prétend également qu'il aurait été stupide de sa part de faire de telles menaces alors qu'il venait tout juste de déposer une demande pour obtenir sa citoyenneté canadienne.

Au sujet de la cousine éloignée qui a été brûlée vivante par son ex-conjoint le 9 août dernier dans le quartier Saint-Sauveur, Douib a qualifié le geste de très triste. Il a ajouté que toute la communauté tunisienne était sous le choc.

L'homme est détenu pendant le processus judiciaire. Le juge doit rendre son verdict la semaine prochaine.