La sextorsion en hausse depuis le début de la pandémie

Des cas de sextorsion ont été rapportés sur la Rive-Sud de Montréal.

L'augmentation du temps passé devant les écrans expose davantage les mineurs à la sextorsion à travers le pays de l'avis des experts, dont des policiers et des procureurs.

À Québec, au moins une arrestation par semaine découle d'une enquête pour extorsion ou leurre d'enfants, selon le Journal de Québec.

Depuis le début de la pandémie, les signalements pour des cas d'exploitation sexuelle d'enfants sur internet sont en hausse de 88% au Canada.

Les prédateurs manipulent leurs victimes pour obtenir une photo compromettante. Ils menacent ensuite de la publier s'ils n'obtiennent un montant d'argent ou d'autres images.

Les 8 ans et moins constituent le groupe le plus sollicité en ligne par les criminels. Le Centre canadien de protection de l'enfance note qu'il est probablement plus facile de s'assurer de leur silence.