La vitesse plafonnée à 40 km/h dans les quartiers dès 2020

Zone scolaire_opt

Les automobilistes ne pourront plus dépasser 40 km/h dans les rues résidentielles de Québec à compter du printemps prochain. 

Voilà l'une des nombreuses mesures comprises dans la révision de la Stratégie sur la sécurité routière promise il y a maintenant deux ans par l'administration Labeaume.

La réforme qui bénéficie d'une enveloppe de 60 millions de dollars sera déployée sur cinq ans (2020-2024), mais les citoyens devraient remarquer les changements dans les 24 prochains mois alors que le trois quart des rues seront touchées.

Les rues principales des quartiers résidentiels verront leur limite être plafonnée à 40 km/h tandis qu'une limite de 30 km/h sera imposée dans les autres rues locales. La vitesse maximale ne dépassera pas les 50 km/h pour ce qui est des boulevards, ce qui est déjà la norme à quelques exceptions près.

Soulignons que le maire Labeaume ne croit pas beaucoup aux impacts de cette mesure pourtant réclamée depuis deux ans par l'opposition. Bon joueur, son administration appliquera quand même la suggestion qui a « un succès mitigé observé dans les autres villes ».

Les gens ont peur, ils sont craintifs et ils nous demandent ça. Dans un quartier résidentiel, si vous roulez à 50 km/h au lieu de 30 km/h, vous allez gagner 48 secondes. Est-ce que ça vaut la peine de multiplier par six les risques de provoquer la mort d'un voisin? Ces secondes-là sont-elles vraiment incontournables?

- Régis Labeaume, maire de Québec

3 des 26 collisions mortelles signalées entre 2012 et 2016 se sont produites dans un quartier résidentiel à Québec. 

Environ 7 000 collisions en moyenne sont recensées chaque année à la grandeur du territoire et 90% se produisent sur les principaux axes routiers de la ville.

Sensibiliser les « cyclistes fous »

La ville misera aussi sur la sensibilisation pour changer les comportements dangereux alors qu'elle réserve un peu plus de 4 millions de dollars pour des campagnes de communication et d'affichage.

Il n'y a pas que les automobilistes qui font partie de la solution. Les données démontrent que plus de la moitié des piétons et cyclistes qui ont été impliqués des collisions mortelles en 2017 ne respectaient pas le Code de la sécurité routière.

Il y a d'autres gens qui devront comprendre...ceux que j'appelle les cyclistes fous. Il y a des cyclistes à Québec qui sont extrêmement dangereux. Il faut partager la route, mais ça ne donne pas le droit d'agir comme ils agissent. Il y a aussi des piétons téméraires et je ne parle même pas des rouli-roulants.

- Régis Labeaume, maire de Québec

Entre 2012 et 2016, 12 des 27 victimes de collisions mortelles étaient des piétons et 3 des cyclistes. Les 12 autres ont perdu la vie alors qu'ils se trouvaient à bord d'un véhicule.

Objectif zéro dans les zones scolaires

La nouvelle stratégie 2020-2024 met beaucoup d'emphase sur les zones scolaires qui trônent au sommet des priorités. L'administration Labeaume se donne cinq ans pour faire chuter à zéro le nombre de collisions mortelles et graves qui se produisent à proximité des écoles.

Les 115 trajets scolaires seront d'ailleurs revus et corrigés d'ici 2022. Certains brigadiers seront équipés de caméras corporelles et ce sera aussi le cas dans certains autobus. Impossible toutefois d'utiliser les extraits en preuve pour remettre une contravention puisque la loi l'interdit au Québec.

En revanche, le Service de police promet également d'être plus sévère à l'égard des contrevenants. Lors de la dernière rentrée scolaire, les patrouilleurs ont remis 400 contraventions en moyenne par semaine près des écoles.

Quand t'as des enfants à l'école primaire, premièrement t'es obsédé par les accidents. On va tous les mener à l'école. Quand le chef (de police) vous dit qu'il a émis 1 200 contraventions près des écoles, je vous jure que la majorité sont des parents qui ont laissé leur enfant là. Ça c'est pas normal et c'est grave.

- Régis Labeaume, maire de Québec

D'autres mesures

Le nombre de radars photo mobiles mis à la disposition de la ville doublera aussi dans les deux prochaines années passant de 4 à 10. Reste maintenant à négocier avec le gouvernement pour obtenir plus d'autonomie par rapport aux endroits où ils peuvent être installés.

Beaucoup de nouveaux trottoirs apparaîteront en ville alors qu'une somme de 25 millions est réservée à cet effet ce qui permettra d'en construire 15 kilomètres par an. L'administration est consciente que le secteurs du IKEA et du Décathlon dans Sainte-Foy, de même que celui des commerces dans Lebourgneuf sont problématiques.

La ville a identifié 140 zones accidentogènes sur son territoire. Des interventions sont prévues sur 80 d'entre elles alors que les 60 autres se trouvent sur les futurs trajets du tramway et du Trambus. 

50% des accidents impliquent des piétons ou des cyclistes à Québec.