Laurentia : deux élues dérogent de la ligne de parti du maire Labeaume

Croquis Terminal de conteneurs en eau profonde du Port de Québec

Plusieurs espèces de poissons, dont le bar rayé, se retrouvent dans le chemin du projet de terminal de conteneurs Laurentia au Port de Québec.

Dans son rapport préliminaire, l'Agence d'évaluation d'impact du Canada liste de nombreux effets négatifs environnementaux en ce qui concerne non seulement aux habitats des animaux qui habitent le fleuve Saint-Laurent, mais aussi la qualité de l'air.

Le rapport provisoire note également qu'une augmentation du transport routier et ferroviaire n'auront rien de bon pour la santé humaine.

Deux élues d'Équipe Labeaume, la conseillères du district de Limoilou, Suzanne Verreault et Geneviève Hamelin, qui représente Maizerets-Lairet, s'opposent au projet de 775 millions de dollars.

La première estime que le nouveau développement en eaux profondes n'obtient pas l'accessibilité sociale au plan environnemental.

Le maire de Québec Régis Labeaume a décidé de ne pas leur imposer une ligne de parti, bien qu'il se range derrière le projet Laurentia qu'il estime « gagnant sur le plan du développement durable ».

Le Port de Québec s'étonne que l'Agence d'évaluation d’impact du Canada n'est pas considéré davantage ses propositions afin de limiter les impacts des travaux sur l'environnement.

C'est le ministère fédéral de l'Environnement qui aura le dernier mot. En attendant, d'autres consultations sont prévues en décembre.