Le projet du Phare retardé de 2 ans : pas de retard pour le tramway

Le Phare de Québec

Le chantier du Phare de Québec est mis sur la glace jusqu'en 2021 en raison du projet de tramway.

Le Groupe Dallaire ne voit pas comment il pourrait faire autrement puisque la ville a décidé de revoir complètement la conception du pôle d'échange du futur réseau structurant de transport en commun qui doit être aménagé à même le site du complexe.

Cette décision contraint ainsi le promoteur à remercier 71 employés qui ont appris la mauvaise nouvelle aujourd'hui. Ces employés tomberont sur le chômage dans huit semaines, juste avant le temps des Fêtes.

L'administration Labeaume explique que l'interconnexion avec les parcours d'autobus de Lévis dans l'ouest nécessite une reconfiguration des plans opérationnels du terminus. Ce scénario est imposé par le ministère des Transports qui a informé la ville en avril.

L'ancienne vision n'était donc plus optimale selon l'analyse de l'équipe du Bureau de projet.

Le ministère nous propose des scénarios qui ont des effets sur ce qu'on avait prévu sur le projet du terminus et une connexion avec le tramway. Avant d'avancer, il faut être sûr de savoir ce qu'on fait avec la Rive-Sud.

Rémy Normand, vice-président du comité exécutif

Quoiqu'il en soit, le Groupe Dallaire avait jusqu'en 2022 pour amorcer le chantier du complexe de quatre tours dont une de 65 étages, de sorte que ce report n'affectera pas l'échéancier du tramway.

La ville assure qu'aucune opération n'était prévue avant 2023-2024 ce qui évite, pour le moment, d'affecter les travaux du réseau structurant et d'engendrer des retards.

Du rififi?

L'administration Labeaume est apparue surprise de la sortie du Groupe Dallaire dans les pages du Journal de Québec

Le vice-président du comité exécutif Rémy Normand assure qu'il n'y a aucune tension entre le promoteur et la ville, même si les journalistes ont reçu une convocation à 30 minutes d'avis afin d'obtenir une réaction.

''Ne pensez pas qu'il y a des différents, c'est juste des éléments qui arrivent en cours de route et il faut composer avec ça. C'est sûr que ça ne nous enchante pas, mais il faut les traiter.''

Les deux clans ne s'étaient pas encore entendus sur le partage des coûts pour la construction du pôle d'échange qui devaient être entièrement assumés au départ par le Groupe Dallaire. Comme l'exigence, vient du MTQ, l'administration a l'intention de lui demander une contribution.