Les employés d'Olymel entérinent l'entente de principe

Vote

Les employés syndiqués de l'usine Olymel de Vallée-Jonction ont entériné à 78% l'entente de principe intervenue dimanche.

Le nouveau contrat de travail de six ans prévoit notamment des augmentations de salaires de 26,4 %, dont 10 % la première année.

"Nous avons également obtenu un rehaussement de 50 % de la contribution de la part de l'employeur à nos assurances collectives pour la couverture familiale, ce qui pousse l'augmentation totale de la première année à 12,48 %." - Martin Maurice, président du syndicat.

Chaque employé recevra également un montant forfaitaire de 65$ par année de service.

La reprise normale des activités pourrait prendre encore près d'une semaine.

LES PRODUCTEURS DE PORC SOULAGÉS 

Les éleveurs de porcs de la province poussent un soupir de soulagement, à la suite du réglement du conflit de travail à l'usine Olymel de Vallée-Jonction.

Ils précisent toutefois que les impacts de la grève se feront sentir pour encore plusieurs mois après la reprise de la cadence d'abattage. 

Le regroupement prévoit d'ailleurs réclamer au gouvernement des changements législatifs afin de maintenir le droit de grève tout en protégeant le bien-être des animaux.

"À court terme, il sera essentiel qu'Olymel priorise l'abattage des porcs québécois pour permettre à nos producteurs de reprendre le dessus et d'optimiser les conditions de leurs animaux dans les fermes. À moyen terme, c'est tout un questionnement qui devra avoir lieu." - David Duval, président des Éleveurs de porcs du Québec.

Au plus fort de la crise, le nombre de porcs en attente d'abattage a frôlé les 180 000.