Les poules urbaines s'en viennent à Lévis

poule

Les Lévisiens devront patienter jusqu'à la fin de l'été avant de pouvoir accueillir leurs premières poules urbaines. Initiative qui est appuyée par 82% de la population selon un sondage.

Le projet de règlement a été lancé hier avec l'approbation unanime du conseil municipal. Encore bien des étapes doivent cependant être franchies, dont une consultation publique par écrit du 7 au 21 avril.

Le nouvel encadrement doit entrer en vigueur au plus tôt au mois d'août.

La ville a fait son nid sur l'essentiel des conditions alors que le nombre de poules sera limité entre deux et quatre par résidence. Un permis sera aussi exigé pour l'installation d'un poulailler domestique. 

L'objectif est de répondre à l'engouement marqué dans les dernières années pour l'agriculture urbaine, favorisant ainsi la participation citoyenne à la production alimentaire à des fins personnelles. 

- Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Les professionnels suggèrent un espace d'au moins 16 pieds carrés, sec et bien ventilé avec des endroits à l'ombre pour les protéger du soleil.

Le cadre réglementaire proposé par Lévis :

  • Le nombre de poules (minimum de deux, maximum quatre);
  • Un seul poulailler domestique est autorisé par terrain;
  • L'obtention d’un permis de construction pour l’installation d’un poulailler domestique;
  • L'utilisation de matériaux appropriés pour la construction dudit poulailler;
  • Le respect des dimensions déterminées par le règlement et le positionnement sur le terrain;
  • Le type de résidence et de terrain pouvant accueillir un tel équipement;
  • L'enclos(incluant le toit et les ouvertures permettant la ventilation du poulailler) doit être grillagé avec une clôture ou un grillage métallisé empêchant les poules de s’échapper et les prédateurs de s’y introduire;
  • La garde de poules pondeuses sera possible, mais aucun coq ne sera permis.