Population épidémique d'agrile du frêne dans 10 quartiers de Québec

agrile du frêne

L'insecte est présent dans 32 des 35 quartiers et la population du parasite tueur d'arbre a atteint un niveau épidémique dans une dizaine d'entre-eux.

Devant l'urgence d'agir, l'administration Labeaume planifie abattre 1 000 frênes infestés d'ici la fin de l'année et le même nombre dans ses boisés.

Des programmes sont aussi en place afin d'aider les propriétaires privés à traiter leurs arbres avec un biopesticide ou encore pour les abattre.

On recense près de 10 800 frênes publics en bordure des rues et deux fois plus sur les terrains privés.

En incluant les boisés municipaux, il y aurait 210 000 arbres à risque.

Entretemps, les collaborations se poursuivent avec la communauté scientifique afin de trouver d'expériementer des solutions à long terme. 

La ville souhaite aussi augmenter le rythme de plantation de frênes pour compenser l'abattage des arbres contaminés par la bestiole.

Une guêpe en renfort

Parmi les solutions envisagées, il y l'utilisation d'une guêpe asiatique qui pourrait permettre de venir à bout de l'agrile du frêne ou à tout le moins d'en limiter la prolifération.

Ces mini-guêpes asiatiques ont été relâchées en juin dernier au parc du Bois-de-Coulonge et sur les plaines d'Abraham, dans le cadre d'un projet de recherche de Ressources naturelles Canada.

Elles sont des prédateurs naturels de l'agrile qui sont néanmoins inoffensives pour l'humain et les animaux.

Les guêpes ont été insérées dans des bûchettes, lesquelles contenaient des larves d'agriles.

Avec une taille de la grosseur d'une tête d'aiguille, elles sont en mesure de pondre leurs oeufs directement dans les larves d'agrile pour les manger de l'intérieur.