Une mère songe à poursuivre la DPJ

wendake-ctv

La maman des deux jeunes frères assassinés, il y a quatre semaines, dans une résidence de Wendake près de Québec envisage de poursuivre la Direction de la protection de la jeunesse. Émilie Arsenault a témoigné dimanche devant les médias de sa colère et son incompréhension envers le système. 

Olivier et Alex avaient respectivement 5 et 2 ans lorsque leur coeur a cessé de battre. Les corps des garçons ont été retrouvés dans la nuit du 10 au 11 octobre après que leur père se soit livré aux policiers dans un poste de police de la capitale.

Un peu plus d'un mois s'est écoulé depuis la tragédie, mais encore beaucoup de questions demeurent.

Accompagné de l'avocat Marc Bellemare, la maman s'est demandée comment elle aurait pu protéger davantage ses deux enfants. Elle souligne qu'au moins 3 signalements ont été faits à DPJ à propos du présumé tueur, Michaël Chicoine.

Un policier et une travailleuse sociale ont alerté l'organisme tout comme la mère, mais aucun des trois ne semble avoir été pris au sérieux.

Le drame familial fait l'objet de cinq enquêtes distinctes. La famille se donne encore quelques mois pour décider si elle ira de l'avant avec un recours judiciaire contre le gouvernement québécois.