3,5 milliards en contrats perdus au Bas-Saint-Laurent

Rezplast, a Sudbury-based manufacturer, has retooled a large part of its operation to meet the growing demand for plastic barriers. (Dana Roberts/CTV News)

Conséquence de la pénurie de main-d'oeuvre, les entreprises manufacturières du Bas-Saint-Laurent ont encaissé des pertes de 3,5 milliards de dollars dans les deux dernières années.

Selon les chiffres d'une consultation menée par les Manufacturiers et Exportateurs du Québec, les pertes atteignent globalement 18 milliards de dollars pour 10 régions.

Le sondage a été réalisé en mai et juin auprès de 401 entreprises manufacturières québécoises.

La présidente des Manufacturiers et exportateurs du Québec Véronique Proulx qualifie la situation au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie d'alarmante.

Les deux régions sont parmi celles qui sont le plus affectées par la pénurie de main-d'oeuvre.

87 % des entreprises interrogées par le sondage confirment avoir refusé des contrats ou accumulé des retards de production en raison d'un manque de travailleurs.

Toujours selon l'enquète, plus de 600 postes sont actuellement à combler à des salaires variant de 20 à 29 $ de l'heure.

Pour Véronique Proulx, Québec doit proposer des mesures spécifiques pour réduire les impacts de la pénurie sur le secteur manufacturier.

Parmi les 13 propositions de son organisation, elle cite un accès plus rapide et important aux travailleurs étrangers et l'aide à la robotisation.