COVID-19 : le masque obligatoire prolongé jusqu'à la mi-mai

COVID-masque-credit-inconnu

Les Québécois devront encore patienter avant de pouvoir laisser tomber le masque. L'obligation de porter le couvre-visage dans les lieux publics et le transport en commun est de nouveau prolongée, cette fois jusqu'à la mi-mai.

La Santé publique a recommandé au gouvernement de maintenir la consigne sanitaire deux semaines de plus, en raison de l'incertitude entourant le long congé de Pâques du week-end dernier, où les rassemblements ont été nombreux.

«On va suivre la situation de près et on va être ravi de reconsidérer le tout si cette situation devait s'améliorer.» -le Dr Luc Boileau

La décision repose donc sur une approche de prudence puisque les données à venir sont difficiles à prévoir.

Malgré tout, le nombre de cas de COVID-19 semble avoir atteint un plateau, selon la Santé publique. La transmission de la COVID-19 semble ralentir. Les nouvelles hospitalisations se stabilisent et de moins en moins de travailleurs de la santé sont absents.

Le Dr Luc Boileau estime toutefois que le niveau d'immunité collective n'est pas encore assez élevé.

«Le BA.2 est très contagieux, il l'est plus encore que l'Omicron, on a des variants qui s'ajoutent en ce moment qui seraient peut-être un peu plus contagieux encore, donc ça se répend facilement.» -le Dr Luc Boileau

La situation est donc encourageante dans les hôpitaux. Il y a d'ailleurs moins de délestage qu'en janvier.

«La majorité des 2400 personnes hospitalisées présentement sont là en raison d’un diagnostic secondaire à la COVID-19. Elles sont là pour autre chose. Moins de 5 % de toutes les personnes hospitalisées ont besoin des soins intensifs.» -la sous-ministre adjointe à la Santé, la Dre Lucie Opatrny

Cette annonce survient alors que le Québec compte 38 décès supplémentaires liées à la COVID-19 au cours des 24 dernières heures.

La hausse des hospitalisations est moins importante que dans les derniers jours alors que la province enregistre une augmentation de 24 personnes hospitalisées, pour un total de 2 405 hospitalisations.

De ce nombre, 88 patients se trouvent aux soins intensifs, une diminution de 13 par rapport à la veille.

On dénombre également 2 909 nouveaux cas, mais rappelons que le nombre de cas répertorié n'est pas représentatif de la situation puisque l'accès aux centres de dépistage est restreint aux clientèles prioritaires.