Déclaration d'urgence climatique: des citoyens demandent des comptes à la Ville de Rimouski

Un rassemblement citoyen lors de la séance du conseil municipal du 18 novembre 2019 à Rimouski.

Un an après la reconnaissance de l'urgence climatique par la Ville de Rimouski, un groupe de citoyens se dit toujours préoccupé par les délais de mise en place des différentes initiatives.

Mobilisés lors de la séance du conseil municipal lundi soir, ils demandent à la Ville de passer en deuxième vitesse pour appliquer des mesures concrètes afin de lutter contre les changements climatiques.

Annie Coyouette de Rimouski en transition salue les initiatives entreprises, mais croit que ce sont des « petits pas » et qu'il est grand temps de « passer à l'action avec des mesures concrètes ».

Le maire, Marc Parent, rappelle le budget de 250 000 $ qui a été débloqué pour développer des initiatives environnementales. « Je pense que plusieurs seront aussi heureux lors du dépôt du budget 2020 », laisse-t-il entendre.

Il indique également que Rimouski est précurseur en termes de compostage. « Parmi les villes comparables, Rimouski est la ville qui enfouit le moins de matières par personne au centre d'enfouissement technique. »

Marc Parent, maire de Rimouski

Maude Parent, journaliste Bell Média | Marc Parent, maire de Rimouski

La Ville souhaite également poursuivre sur sa lancée d'interdire les sacs en plastique à usage unique. « On a mis en place un sondage auprès des commerçants pour mieux comprendre quelles sont les embûches et les délais nécessaires pour s’adapter à cette nouvelle réglementation, qui est imminente ».

L’interdiction du styromousse demeure toutefois une question plus complexe pour éviter les impacts sur les commerçants, selon le maire.

Plusieurs citoyens se disent, toutefois,  déçus que ces actions ne soient toujours pas mises en application.

Des discours antagonistes

Le groupe de citoyens questionne également la position des élus, qui se disent, pour la plupart, en faveur de la venue d'un Costco à Rimouski.

« Une multinationale comme Costco va à l'encontre de la position de la Ville sur l'urgence climatique. Ça va augmenter l'empreinte carbone plutôt que de la réduire. »

Patricia Posadas, citoyenne

Marc Parent se défend en soulignant qu’une forte proportion de la population attend l’arrivée de Costco à Rimouski et qu’il y aurait des retombées économiques importantes pour la Ville.

« Ça va amener des gens qui viennent de la Côte-Nord et de la Gaspésie et du nord du Nouveau-Brunswick. Ces réalités ont effectivement des impacts sur les gaz à effets de serre et le rôle des élus est de trouver des compromis qui peuvent être acceptables socialement par la majorité des citoyens. »

Marc Parent, maire de Rimouski

L'implantation possible d'une usine de béton bitumineux dans le district de Sacré-Cœur soulève aussi des inquiétudes quant aux impacts sur l'environnement. « Comment une ville qui reconnaît l'urgence d'agir contre les changements climatiques peut-elle accepter qu'une usine d'asphalte s'installe sur son territoire? », demande Guy Cantin, un citoyen.