Guy Caron en quête d’une vision pour Rimouski

Guy Caron

Il est maintenant acquis que l’ex-député fédéral de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Guy Caron, s’intéresse à la mairie de la Ville de Rimouski. Mais avant d’annoncer s’il sera bel et bien candidat, il souhaite développer une vision pour la Ville.

M. Caron a déjà rencontré plusieurs intervenants du milieu pour voir si sa vision serait compatible avec celle de potentiels collaborateurs. Il indique s’être entretenu avec le maire actuel, Marc Parent ainsi qu’avec plus de la moitié des élus qui siègent au conseil. Il dit également avoir communiqué avec des intervenants des milieux économique, communautaire et environnemental au sujet de l’avenir de Rimouski.

« C’est une chose de savoir que je pourrais faire le travail, que je pourrais administrer, que je connais la politique, mais je pense que c’en est une autre, et c’est très important, de savoir qu’on peut avoir une vision pour la Ville, qu’on peut essayer d’imaginer ce à quoi pourrait ressembler Rimouski dans cinq ou dix ans. »

Guy Caron

Plusieurs éléments nourrissent la réflexion de l’ex-député néo-démocrate.

Guy Caron, le député sortant et candidat du NPD dans Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques dresse un bilan de sa campagne.

D’une part, il souhaiterait rebâtir le lien de confiance et la relation entre le conseil municipal et la population, qu’il qualifie de « difficile présentement ».

« Il y a la question de la transparence qui est évidemment importante, mais il y a probablement d’autres éléments qui peuvent aider les citoyens à sentir qu’ils sont bien écoutés et que leurs commentaires peuvent être pris en compte. »

Économiste de formation, il affirme également avoir à cœur le développement économique de la Ville de Rimouski, tout en abordant la question environnementale et la lutte aux changements climatiques.

La mise en valeur du centre-ville est le troisième enjeu qui ferait partie de sa vision.

Huit ans d’expérience politique

Après avoir rempli deux mandats comme député fédéral, Guy Caron croit que son expérience pourrait être mise au service de la Ville.

« Au fédéral, il faut savoir se revirer sur un dix cennes et avoir la capacité à comprendre des dossiers complexes rapidement, et surtout, de pouvoir les vulgariser pour que les gens puissent les comprendre. Les gens sont bien occupés et si on parle un langage qu’ils ne peuvent pas comprendre c’est difficile pour eux de participer à la vie de la communauté dans laquelle ils sont impliqués. »

Guy Caron

Celui qui est maintenant directeur général pour Héritage Bas-Saint-Laurent se qualifie également de rassembleur, évoquant sa capacité à travailler avec les partis d’opposition pour faire avancer des idées.

Sans commenter l’avancement de ses réflexions, Guy Caron indique qu’il annoncera sa décision lorsqu’il sera prêt.