La nouvelle politique de soutien aux organismes ne fait pas que des heureux

Karine Desrosiers, directrice du Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire, et Marc Parent, maire de Rimouski

La Ville de Rimouski a adopté, hier soir, les subventions qui seront accordées à trois catégories d’organismes dans le cadre de la politique d’attribution des subventions, qui est entrée en vigueur le mois dernier.

Les organismes de sport et plein air, de culture et de vie communautaire se partageront un budget de fonctionnement de 326 000 $.

Il s’agit d’une augmentation de l’enveloppe de 9 %.

La politique, adoptée en juillet 2019, vise à rééquilibrer la contribution financière de la Ville au moyen d’une cote attribuée selon différents critères.

38 organismes verront donc leurs subventions augmenter et 17 diminuer. C’est le cas, notamment, du Club de soccer Fury de Rimouski, qui devra essuyer une baisse de 34 000 $. À l’inverse, Paraloeil est l’organisme qui bénéficiera de la plus forte augmentation avec une hausse de plus de 16 000 $.

iStock.com/matimix

Le Club de gymnastique Rikigym verra son aide financière passer de 5 500 $ à 19 500 $. La nouvelle formule donne un avantage aux organismes qui ont peu cogné à la porte de la Ville afin d’obtenir des montants, selon le maire, Marc Parent. « Ils ont déménagé dans de nouveaux locaux, ont procédé à l’achat de plusieurs pièces d’équipements dispendieuses et ne se sont jamais tournés vers la Ville de Rimouski, souligne-t-il. Ils ont fait des collectes de fonds et ont payé de leurs poches. Pourquoi ces enfants-là devraient-ils avoir moins que d’autres organismes qui obtenaient 40, 50, 60 % de leur budget de fonctionnement de la part de la Ville? »

La politique prévoit que le financement ne pourra pas dépasser 40 % du budget de fonctionnement.

Des mesures atténuantes

La transition se fera sur trois ans. Les différentes organisations recevront des montants à la hausse ou à la baisse chaque année pour atteindre le montant visé par la politique en 2022.

Après cette date, la Ville procédera à une nouvelle évaluation.

« Ceux qui pourraient avoir des difficultés financières suite à notre annonce, on va les aider individuellement à trouver des façons différentes de faire les choses pour les amener à leur survie. La transition sur trois ans se fait plus en douceur et permet aux organismes de s’ajuster. »

Karine Desrosiers, directrice du Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire

La Ville dévoilera, au courant de l’année, les enveloppes budgétaires prévues pour les catégories grands événements, activités ponctuelles et fondations.

spacer