La pénurie de main-d'oeuvre frappe l'entreprise Cedrico

cedrico

L’entreprise de Causapscal et Price Cedrico est encore une fois forcée de réduire ses activités en raison du manque de main-d’œuvre.

La production est réduite de 30 à 40 % de ses capacités dans les deux usines. Plus de 40 travailleurs sont recherchés afin de pourvoir tous les postes dans l’entreprise.

Cette baisse de production a engendré une importante chute de leur chiffre d’affaires.

« Même si nous sommes dans une période où la demande en bois d’œuvre explose, nous connaissons une baisse majeure de notre chiffre d’affaires en raison de nos difficultés à recruter. Cette situation freine également la croissance de notre entreprise. C’est pourquoi nous mettrons tout en œuvre afin de recruter le personnel nécessaire au déroulement optimal de nos activités », souligne le président de Cedrico, Denis Bérubé, dans un communiqué.

Plusieurs élus s’inquiètent des conséquences de la pénurie de main-d’œuvre dont sont victimes des entreprises comme Cedrico.

Cedrico lance donc une campagne majeure de recrutement sous le thème : On embauche à planche ! L’initiative vise à mettre en place des mesures de rétention et d’attractivité des travailleurs. Parmi ces mesures, notons différentes primes d’embauche et l’organisation de deux journées portes ouvertes, l’une le 27 juillet à Causapscal et l’autre le 29 à Price.

L’entreprise bas-laurentienne a également entamé des démarches afin de recruter des travailleurs étrangers. Une solution qui doit être mieux appuyée par le fédéral, selon la députée d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Kristina Michaud.

« L’une des solutions à la pénurie de main-d’œuvre qui affectent nos entreprises régionales est l’immigration, mais la lenteur du fédéral nous met constamment des bâtons dans les roues. Immigration Canada doit revoir ses façons de faire et accélérer le traitement des dossiers de travailleurs spécialisés qui veulent venir travailler et s’établir en région. »

Kristina Michaud, députée d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia