Le procès de Patrick Chénard reprendra le 30 mars

Palais de justice de Rimouski

Le procès du massothérapeute rimouskois Patrick Chénard, reprendra le 30 mars avec les témoins de la défense. 

L'avocat de l'accusé, Me Yves Desaulniers, prévoit une semaine pour entendre les témoignages, dont trois à quatre jours pour celui de son client.

D'ici là, le juge Jules Berthelot doit rendre sa décision au début de mois de mars au palais de justice de Mont-Joli sur la requête en faits similaires déposée par la poursuite.

Il  doit trancher si les 11 accusations d'agression sexuelle seront toutes traitées dans le procès en cours, ou encore si le jugement touchera uniquement les accusations portées par les présumées victimes ayant reçu des massages de type détente.

Le procureur de la Couronne, Me Normand Morneau-Deschênes, a fait valoir que les 11 chefs d'accusations doivent tous être inclus dans le procès en cours, puisque les gestes reprochés sont similaires, allant même jusqu'à parler de carte de visite pour désigner la présumée façon de procéder de l'accusé.

L'avocat de la défense prétend plutôt que le procès actuel  doit se concentrer uniquement  sur les plaignantes qui ont reçu des massages de Patrick Chénard dans le cadre de son étude sur la musique.

Il ajoute que les témoignages d'au moins deux autres présumées victimes sont beaucoup plus dévastateurs pour son client.  

Avec la collaboration de Maude Parent, journaliste Bell Média

spacer