Le Syndicat des Métallos de l'Est-du-Québec appuie le Bloc Québécois

Nicolas Lapierre, coordonnateur du Syndicat des Métallos de l'Est-du-Québec.

Le Syndicat des Métallos du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et de la Côte-Nord appuie les quatre candidats du Bloc Québécois dans la région afin de défendre les travailleurs.

Le coordonnateur régional du Syndicat, Nicolas Lapierre, explique que le parti a su représenter les intérêts des membres depuis la faillite de Cliffs Natural Resources, notamment en tentant de modifier deux lois qui visent à mieux protéger les régimes de retraite et d’assurances en cas de faillite d’entreprise.

Le projet de loi déposé par la députée de Manicouagan Marilène Gill avait presque atteint l’étape de l’adoption avant que les élections ne soient déclenchées. « Je veux préciser que le fameux projet de loi était passé en comité, il s’en venait sur le plancher de la Chambre des Communes où il aurait très vraisemblablement été adopté, souligne le chef du Bloc Québécois Yves-François Blanchet. À l’heure où on se parle, la protection des régimes de retraite privés, ce serait fait dans la loi si le premier ministre n’avait pas décidé de garrocher imprudemment tout le monde en campagne électorale. On va recommencer. »

Le Syndicat avait appuyé le parti en 2015, mais réitère son soutien afin de mener le travail jusqu’au bout.

« L’appui au Bloc n’est pas automatique à chaque élection. Comme le travail n’est pas terminé, et ce n’est pas la faute des parlementaires, notre appui cette année était sans équivoque. On a un travail à finir pour réformer ces deux lois-là. »

Nicolas Lapierre, coordonnateur du Syndicat des Métallos de l’Est-du-Québec