Les médias du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie sonnent l'alarme

Les 33 radios communautaires de la province demandent au gouvernement du Québec d'en faire beaucoup plus pour garantir la présence d'au moins un journaliste par station.

Les 33 radios communautaires de la province demandent au gouvernement du Québec d'en faire beaucoup plus pour garantir la présence d'au moins un journaliste par station.

Entre 2006 et 2016, le Bas-Saint-Laurent a perdu 22 % de ses journalistes, passant de 90 à 70.

Les dirigeants des médias communautaires en région doivent vivre avec la difficulté de recrutement et de rétention, la grandeur du territoire et une baisse constante des revenus provenant des messages gouvernementaux.

Les responsables des médias souhaitent que la part des investissements publicitaires du gouvernement passe graduellement de 4 à 10 %.

Ils ciblent particulièrement le ministère des Transports, la SAAQ et Hydro-Québec qui sont à peu près absents de leurs médias, malgré le fait que Québec a dépensé pas moins de 33 millions de dollars en publicité l’an dernier.

« Au contraire, ce n’est pas une mesure qui coûte extrêmement chère. Cela permettrait que ce ne soit plus un enjeu financier relié à l’achat publicitaire, mais quelque chose de garanti. »

Martin Roussy, président-directeur général de Radio-Gaspésie

https://www.iheartradio.ca/rouge-fm/rouge-fm-rimouski/nouvelles/le-soleil-continuera-d-etre-publie-le-lundi-pour-l-instant-1.9979403

Gabriel Le Marquand Perreault, journaliste Bell Média

M. Roussy estime que 35 % des revenus de sa station sont consacrés aux salaires des journalistes.

Il a présenté son mémoire à la Commission sur l'avenir des médias d'information qui se tenait à Matane lundi. Au total, une douzaine de groupes ont été entendus par les cinq commissaires.

Leur message est clair: les médias nationaux ne s'intéressent plus à l'information locale et ils ne connaissent pas les régions et leur réalité.

« Les députés comprennent bien la réalité du journalisme en région (distance, multifonction, etc.). Ce qu’on a entendu ici ce n’est pas du tout pareil à ce qu’on a entendu à Québec. C’est différent et il fallait venir. »

Harold Lebel, député de Rimouski et membre de la Commission sur l'avenir des médias d'information

Les 33 radios communautaires de la province demandent au gouvernement du Québec d'en faire beaucoup plus pour garantir la présence d'au moins un journaliste par station.

Gabriel Le Marquand Perreault, journaliste Bell Média

Appui des municipalités

Par ailleurs, les médias locaux demandent un meilleur appui du milieu municipal. Ils dénoncent le fait que les avis publics des villes ne sont plus diffusés dans les journaux, à la radio ainsi qu'à la télévision.

« Les communautés pourraient reconsidérer ce qui a été fait récemment pour justement soutenir nos médias. »

Michel Lagacé, président de la Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent

Les 33 radios communautaires de la province demandent au gouvernement du Québec d'en faire beaucoup plus pour garantir la présence d'au moins un journaliste par station.

Gabriel Le Marquand Perreault, journaliste Bell Média

La Commission sur l'avenir des médias d'information poursuivra ses travaux à Rouyn-Noranda le 11 octobre.

Avec la collaboration de Martin Brassard, journaliste Bell Média.