Plus de collaboration entre les infirmières et les médecins de famille au Bas-Saint-Laurent

(Noovo Info)

Le CISSS du Bas-Saint-Laurent lance un projet-pilote qui mettra en collaboration le travail des médecins de famille et des infirmières praticiennes spécialisées de première ligne (IPS).

L’initiative vise à améliorer l’accès aux soins de santé en milieu rural et à offrir un accès au bon professionnel, au bon moment pour la clientèle.

« On veut mieux hiérarchiser les soins et services, que les médecins puissent se concentrer sur les clientèles davantage vulnérables, les gens malades, et à mettre à profit tous nos professionnels de la santé en commençant par nos infirmières, nos cliniciennes et nos infirmières praticiennes spécialisées. »

Isabelle Malo, PDG du CISSS du Bas-Saint-Laurent

Les IPS sont des infirmières dont le rôle a été élargi et qui répondront notamment aux besoins de première ligne dans le cadre du projet pilote. « C’est une prise en charge en équipe. C’est fini le temps où le patient avait une seule porte d’entrée et c’était vers le médecin, souligne Stéphanie Allard, IPS au GMF-U de Trois-Pistoles. On a été formé pour faire des diagnostics, pour prescrire des médicaments, pour faire des traitements, pour suivre des grossesses et là on a l’occasion d’occuper notre champ à son plein potentiel. »

Neuf postes d’IPS sont affichés. L’embauche permettra de déployer le service auprès de trois groupes de médecine familiale participants, soit les GMF du Fleuve et du Boisé Langevin à Rimouski ainsi que le GMF-U de Trois-Pistoles.

Isabelle Malo n’est pas inquiète quant au recrutement. « Depuis l’automne dernier, 18 infirmières praticiennes spécialisées sont en formation ici à l’UQAR et elles vont terminer à l’automne 2023. Déjà, dans le Bas-Saint-Laurent, on a une vingtaine d’infirmières praticiennes spécialisées. »