Un changement profitable en partie pour l'UQAR et le Cegep de Matane

UQAR gros plan

Le gouvernement Legault fait en partie marche arrière dans sa réforme de l'immigration en offrant un droit acquis aux étudiants étrangers qui sont déjà ici. 

Toutefois, les prochains n'auront pas de passe-droit pour faciliter l'obtention de leur citoyenneté.

Si les centaines d'étudiants étrangers inscrits présentement à l'UQAR et au Cegep de Matane pourront compléter leur programme actuel, les options seront plus limitées dans l'avenir. 

« On n'est pas pour aller former des gens dans des Cegeps dans des domaines où il n'y a pas d'emplois. On sait qu'il y a des domaines où les emplois sont en diminution donc on fera pas exprès seulement pour remplir des classes de Cegeps ou d'universités.

François Legault, premier ministre du Québec

De son côté, l'opposition tire à boulets rouges sur cette réforme de l'immigration.

« Je ne peux pas croire qu'on laisse aller ça pis finalement c'était pas bon. Ça fait amateur pas à peu près. » 

Pascal Bérubé, chef intérimaire du Parti Québécois

« Le gouvernement en fait, est brouillon, les réformes se font sur un coin de table. »

Pierre Arcand, chef intérimaire du Parti Libéral.