Une murale à l’image de la mission de l’IMQ

Institut maritime du Québec

L’Institut maritime du Québec veut se décorer d’une murale pour rendre hommage au métier de pilote et à l’histoire maritime de la région.

Par ce geste, la Fondation de l’IMQ veut faire preuve de reconnaissance envers un regroupement de pilotes qui a versé un don de 300 000 $ dans le cadre de la campagne de don majeur l’an dernier.

Des artistes sont invités à proposer une œuvre faisant référence aux pilotes et à leur apport à l’histoire maritime du Québec. « Dans l’appel de dossiers, on fait référence, pour favoriser l’imagination de l’artiste, au fait que quand on pense au monde maritime, on pense à l’échelle prise par le pilote pour joindre le navire, illustre la directrice de l’IMQ Mélanie Leblanc. On ne veut pas tant guider la démarche, l’objectif c’est de voir ce que les artistes ont à nous proposer comme vision du monde maritime et de l’histoire maritime au Québec. »

L’œuvre choisie élira domicile sur le mur ouest du bâtiment. Le mur de briques de six étages, qui fait face à la rue Saint-Louis, ouvre la voie vers une murale aux dimensions imposantes.

Mélanie Leblanc, espère que cette œuvre sera un hommage qui s’inscrira dans l’imaginaire collectif rimouskois.

« Notre bâtiment passe souvent inaperçu. C’est drôle, je parle à des Rimouskois qui habitent ici depuis toujours et qui se demandent ce qui se passe dans ces murs-là. Pour moi, c’est important de venir camper notre mission au centre-ville de Rimouski, que les citoyens de Rimouski soient conscients du joyau qu’ils ont dans leur ville. »

Mélanie Leblanc, directrice de l’Institut maritime du Québec

POUR ÉCOUTER L'ENTREVUE INTÉGRALE, CLIQUEZ ICI:

Une session d’hiver en mode hybride

La session d’hiver à l’IMQ se déroulera de manière semblable à celle qui est en cours.

Comme les différents programmes offerts comprennent plusieurs cours pratiques, environ 40 % des séances d’enseignement se donnent déjà en présence et le seront encore, selon la directrice.

Pour l’hiver, la direction favorise encore un modèle hybride avec des cours entre les murs de l’IMQ et d’autres à distance. L’établissement espère toutefois que la situation s’améliore et se prépare en conséquence. « Le plan va être hybride, par contre il va être préparé de façon à pouvoir revenir dans les murs si, par miracle, la situation s’améliorait drastiquement », souligne-t-elle.

Mélanie Leblanc, directrice de l'IMQ.

Maude Parent, journaliste Bell Média | Mélanie Leblanc, directrice de l'IMQ

Mélanie Leblanc indique que l’Institut maritime doit également jongler avec des exigences particulières qui requièrent la tenue d’activités en présentiel.

« Au-delà de relever du ministère de l’Éducation, on relève aussi d’une entité fédérale qui est Transport Canada, qui eux ont des exigences qui leur sont propres. Donc on doit combiner les exigences et les volontés de tous et on a une obligation de tenir les activités dans nos murs, entre autres tout le volet des évaluations. »

Mélanie Leblanc, directrice de l’Institut maritime du Québec

Des portes ouvertes virtuelles se tiendront le 14 novembre.

Une plateforme interactive permettra aux futurs étudiants de découvrir les programmes et l’établissement.