Valoriser les jeunes arbitres au Bas-Saint-Laurent

(Noovo Info)

Loisir et Sport Bas-Saint-Laurent lance une campagne de sensibilisation afin de contrer les abus que vivent de jeunes arbitres et officiels de la région.

La campagne « Valorisation des jeunes officiels au Bas-Saint-Laurent » sera déployée cet été, d’abord pour promouvoir le travail des arbitres au soccer et au baseball. L’initiative sera ensuite étendue à différentes disciplines.

 « Ce qu’on veut faire, c’est dire aux officiels ‘’on a besoin de vous, vous êtes importants’’ et de le faire prendre conscience aux entraîneurs, aux parents ou aux athlètes. Il va y avoir des beach flag plantés dans les tournois sportifs qui disent ‘’respectons nos officiels’’. Ils vont également porter des brassards à l’image de la campagne. Les officiels sont souvent les mal-aimés du milieu sportif, pourtant ils sont essentiels. »

Josée Longchamps, conseillère en sport pour Loisir et Sport Bas-Saint-Laurent

Des espaces dédiés aux arbitres et du mentorat pour outiller les jeunes officiels s’ajouteront également à la campagne.

Recrutement et rétention des officiels

Selon l’organisme Sport’Aide, 60 % des jeunes arbitres quittent leur poste après un an, principalement en raison des abus verbaux et parfois physiques dont ils sont victimes. Plusieurs affirment perdre le plaisir pour ce travail dû à la violence et au manque de respect envers les officiels.

Sonia Denoncourt est la porte-parole de la campagne. Première arbitre féminine à avoir été accréditée à la FIFA, elle a aussi arbitré lors de Coupes du monde ainsi qu’aux Jeux olympiques en soccer.

Elle croit en l’importance de la sensibilisation pour permettre aux jeunes de vivre de belles expériences. « Si tu vas à l’épicerie et que la personne n’emballe pas bien ta nourriture, tu ne chiales pas après, mais dans les sports, les adultes se donnent le pouvoir de le faire. […] Tous les arbitres font des erreurs, il faut le comprendre et leur donner une chance. On n’apprend pas un métier avec un match. Moi j’ai arbitré pendant 29 ans et si j’arbitre un match demain, je vais apprendre encore. »