Virginie Proulx accuse le conseil municipal d'intimidation

La conseillère municipale du Bic, Virginie Proulx

La conseillère du district du Bic et candidate à la mairie de Rimouski, Virginie Proulx, a fait une sortie sur les médias sociaux, vendredi, afin de dénoncer les tentatives d’intimidation dont elle se dit victime.

Elle pointe du doigt notamment le maire Marc Parent pour des commentaires qu’il aurait porté à son égard. « Le maire m’avait reproché d’être une intellectuelle, de ne pas être capable de travailler en équipe. Dernièrement, il a donné publiquement mon adresse. À mon avis, ce sont des choses qui sont inacceptables et qui sont là pour m’intimider. »

Marc Parent a réagi, mentionnant que le conflit dure depuis plusieurs mois et implique tous les membres du conseil. Il rejette toute allusion à des tentatives d’intimidation.

« Ce n’est pas un conflit entre Marc Parent et Virginie Proulx, c’est un conflit entre tous les membres du conseil municipal et Virginie Proulx. »

Marc Parent, maire de Rimouski

Le conseiller du district de Saint-Robert, Jocelyn Pelletier, appuie les paroles du maire, soulignant ne plus vouloir travailler avec Mme Proulx.

Cette dernière est exclue des comités pléniers depuis le 11 mai 2020. Les conseillers avaient voté majoritairement en faveur de son exclusion. « On ne l’a pas mise à l’extérieur des pléniers parce qu’elle ose dire ce qu’elle pense, indique Jocelyn Pelletier. On est au moins six à sept têtes fortes autour de la table et on ne s’est jamais gêné pour dire ce qu’on pensait. On l’a mise à l’extérieur des pléniers parce qu’on n’avait pas confiance en la confidentialité de certains dossiers. » Une tentative vaine de conciliation pour réintégrer Mme Proulx avait été entreprise un mois plus tard. « La totalité des membres autour de la table était d’accord pour ne pas qu’elle revienne », ajoute M. Pelletier.

Jocelyn Pelletier, conseiller municipal

Jocelyn Pelletier, conseiller municipal | Photo Maude Parent, Noovo Info

Candidature à la mairie

La conseillère du Bic estime se sentir de plus en plus victime d’intimidation depuis l’annonce de sa candidature à la mairie.

« Régulièrement au conseil municipal, le maire fait des insinuations. Il a une voix et il l’utilise souvent pour me nuire, alors que je pense qu’en 2021 on devrait être capable d’avoir des débats d’idées de manière intelligente. Je suis convaincue que l’objectif dans tout ça c’est d’essayer de me décourager [à devenir mairesse]. »

Virginie Proulx, conseillère du district du Bic

« Ce n’est pas vrai », affirme Jocelyn Pelletier.

Marc Parent n’a pas tenu à commenter la candidature de l’élue, mais il dénonce ce qu’il qualifie de « campagne de salissage » à son égard. « Elle préfère personnaliser le conflit qu’elle a avec tous les conseillers et conseillères en disant que c’est un conflit avec moi, alors que c’est son incapacité à travailler en équipe qui a résulté de la demande des élus de l’exclure des comités pléniers. »

Marc Parent, maire de Rimouski

Marc parent, maire de Rimouski

Conflit en lien avec un terrain

Les conflits ont dégénéré lors de la séance du conseil municipal du 5 juillet dernier concernant la construction éventuelle d'une résidence sur un terrain situé en face de la demeure de Virginie Proulx. Auparavant, il n’était pas possible de construire à cet emplacement. Le Comité du patrimoine du Bic a fait volte-face sur sa position de 2016, s'opposant maintenant à tout projet de construction.

Ce revirement de situation a fait sourciller le maire et certains conseillers, alors que Mme Proulx ne pouvait se prononcer en raison d'un conflit d'intérêt.

« On s’est bien douté de quelque chose, soutient Jocelyn Pelletier. Il y a eu à peu près 30 personnes qui se sont manifestées contre, mais il n’y avait pas un chat en 2016. Je me pose des questions. »

Mme Proulx a nié être derrière cette vague d'opposition.