WEEK-END DE PÂQUES : la prudence est de mise pour ne pas propager la COVID-19

Le directeur national de santé publique par intérim, Luc Boileau - Paul Chiasson/La Presse Canadienne

La Santé publique du Québec n'imposera pas de nouvelles restrictions pour le long week-end de Pâques. Il n'est donc pas question de revenir à l'imposition d'un nombre limite d'invités par résidence, comme ce fut le cas par le passé.

Les autorités ne recommandent pas non plus de ne pas se rassembler, mais l'idée est de gérer son propre risque.

Le mot d'ordre est donc prudence, puisque la COVID-19 circule beaucoup et que « globalement, la situation demeure préoccupante », a indiqué le directeur national de santé publique par intérim, le Dr Luc Boileau. Le Québec a franchi à nouveau le cap des 2000 hospitalisations liées à la COVID-19 aujourd'hui, une première depuis la mi-février. Aussi, 12 700 employés du réseau de la santé sont absents en raison du virus.

Le Dr Luc Boileau demande donc aux Québécois d'être responsable, surtout s'ils ont des symptômes.

« On n'ira pas dans le détail du nombre de personnes qui doivent être avec nous à Pâques, on n'est pas là... Chacun doit prendre ses responsabilités pour se protéger et prendre ses responsabilités pour protéger les autres. »

 

Retour en force de la grippe

Comme si on n'en avait pas déjà assez avec la 6e vague de la COVID-19, une nouvelle saison grippale vient de débuter au Québec. C'est plutôt inhabituel au printemps.

Les cas d'influenza sont donc en forte hausse et les effets se ressentent déjà dans les hôpitaux.

Les symptômes de la grippe peuvent être confondus avec ceux de la COVID, d'où l'importance de faire des tests rapides.

« Les symptômes les plus fréquents qu'on a actuellement avec Omicon ou le BA.2, c'est un mal de gorge ou la voix héritée, ce n'est pas nécessairement faire de la grosse fièvre puis perdre l'odorat. » -le directeur national de santé publique par intérim, le Dr Luc Boileau

La santé publique indique que les consignes ne changent pas de celles de la COVID-19 et qu'il faut «s'isoler» et respecter les règles d'isolement. Il «ne faut pas prendre de chance», a dit le Dr Boileau. 

Par ailleurs, la Santé publique confirme que même si vous avez déjà contracté le variant Omicron, vous pouvez être réinfectés.