Arsenic et Fonderie Horne : des réactions

Les installations de la Fonderie Horne, dans le quartier Notre-Dame de Rouyn-Noranda, en mai 2019.

Les réactions sont nombreuses suite au rapport final de l'étude de biosurveillance dans le quartier Notre-Dame à Rouyn-Noranda.

Les chiffres font état d'une concentration d'arsenic 3.7 fois plus élevée sous les ongles des enfants de ce quartier par rapport à ceux de la population témoin.

Le Regroupement Vigilance Mines de l'Abitibi-Témiscamingue estime que la Fonderie doit poser des actions rapidement et reproche au gouvernement de se servir des citoyens du quartier comme des cobayes.

De son côté, le Comité Arrêt veut des actions rapides et concrètes et juge que le statu quo n'est pas acceptable.