Ça recommence à rouler dans les palais de justice

Me Érika Marier

Les choses reprennent tranquillement une forme plus normale dans les palais de justice.

Aujourd'hui (lundi), les clients peuvent recommencer à se présenter pour plaider coupable ou tenir leur procès.

Dans d'autres cas, ça va continuer de se faire par visioconférence.

C'est notamment le cas si vous venez d'une zone chaude, si vous avez des symptômes du coronavirus ou s'il vous est impossible d'être présent en raison d'un manque de transport.

Plaider alors que des témoins ne sont pas physiquement présents présente un défi, selon la représentante des avocats de la Défense de l'Abitibi-Témiscamingue, Me Érika Marier ;

«À mon avis, c'est dur de juger de la crédibilité d'un individu en visioconférence.  Bien souvent, le langage corporel amène des indices sur la personne qui parle.»

- Me Érika Marier

Par ailleurs, Me Marier ne pense pas qu'il y aura des tonnes de demandes de type «Jordan», un outil qui vise l'arrêt des procédures pour délais trop longs entre une accusation et un procès :

«Je ne crois pas qu'il va y en avoir beaucoup.  Je pense qu'avec la pandémie, les délais seront écartés.  On va voir dans quelques mois, sûrement que certains vont l'essayer.»

- Me Érika Marier

Me Marier pense que ça prendra du temps avant de rattraper tout le retard des derniers mois, parce que même si de nouveaux termes sont ouverts, ça prendra des avocats pour faire progresser les dossiers.

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus