Caribou : l'ABAT pourfend le ministère

Un caribou forestier

L'Action boréale de l'Abitibi-Témiscamingue y va d'une charge en règle contre le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs concernant le caribou forestier.

L'organisme estime que le ministère constitue la réelle menace à la survie du caribou par son laxisme.

Des caribous forestiers, il en resterait au plus une quinzaine dans le groupe de Val-d'Or, et ils doivent se battre avec les acteurs économiques.

Le président de l'Action boréale, Henri Jacob, rappelle qu'il y a pourtant un plan de protection du caribou au Québec depuis plus de 10 ans :

«Le caribou est un empêcheur de couper en rond.  C'est définitif que le ministère ne veut pas protéger les hardes de caribous.  Si rien n'est fait d'ici deux ou trois ans, il n'y en a plus.  À chaque fois qu'il y a une décision à prendre d'un bord ou de l'autre, c'est toujours le côté forestier qui l'emporte, prétendument parce qu'on fermerait la ville de Val-d'Or si on protège les caribous, ce qui est une aberration.»

- Henri Jacob, président de l'Action boréale

L'Action boréale en veut au ministre régional Pierre Dufour qui lui a demandé un plan de redressement de la harde, mais qui n'a pas donné suite à son dépôt.