Déjà 40 ans depuis le premier référendum

François Gendron

Il y a 40 ans, le Québec vivait un premier référendum sur sa souveraineté.

Le «non» l'avait emporté à 59.5% des votes.

Le politicien François Gendron était aux premières loges pour cette journée historique, lui qui était ministre dans le cabinet de René Lévesque à ce moment-là.

40 ans plus tard, celui qui détient le record de longévité pour un député provincial se souvient très bien :

«Le premier référendum, c'est un rapport de force que l'État québécois cherchait.  Oui, on l'a perdu, comme c'était prévisible, avec une question un peu alambiquée, trop longue.  M. Lévesque l'avait promis dans notre plateforme électorale en 1976, de consulter là-dessus dès le premier mandat.  Est-ce que le peuple était prêt à franchir le Rubicon?  Moi, je ne crois pas.»

- François Gendron

François Gendron rappelle que moins d'un plus tard, le Parti québécois était réélu plus fort qu'à l'élection de 1976.

Il estime que 40 ans après ce premier référendum, l'option de la souveraineté est toujours la meilleure :

«Il n'y a rien de changé.  À tous les jours on a des preuves évidentes que si on était une nation complète et responsable de nous-même (ce serait mieux).  Pas parce qu'on est plus fins, mais parce qu'on est complètement différents et que notre différence n'est pas passagère.»

- François Gendron

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus