Des investissements réclamés pour répondre aux besoins en enseignement

Bâtiment principal Cégep Abitibi Rouyn

Les enseignants et enseignantes du Cégep se réunissent sur les différents campus de la région pour demander des investissements pour répondre aux besoins de l'enseignement.

Ils veulent une nouvelle convention collective qui garantis une augmentation équivalente à l'inflation et que la situation précaire que vivent plusieurs enseignants soit corrigée.

Présentement, ce serait le tiers des enseignants qui ne sait pas s'il va revenir la session suivante et comment il va enseigner.

Les enseignants réclament également que l'expérience de ceux qui enseignent à la formation continue, qui permet d'obtenir des attestations d'étude collégiale soit reconnue.

«Ils sont payés pour la présence qu'ils ont en classe, mais ils ne sont pas payés pour la préparation des cours. Tu peux avoir trois heures en classe, mais c'est aussi un minimum de trois heures de préparation. Ils n’ont donc pas les mêmes conditions. C'est comme si c'était des sous-traitants.»

-Philippe Marquis, Porte-parole du Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue-CSN

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus