Interdit d'entrer dans la région, mais pas de barrages

Une semaine depuis leur création, la population régionale collabore aux différents contrôles routiers érigés en Abitibi-Témiscamingue. La population locale est somme toute respectueuse à l'égard des policiers lorsque vient le temps de franchir ces barrages.

Les citoyens qui souhaitaient un retour des barrages ont été à moitié servis.

Le CISSS de l'Abitibi-Témiscamingue a annoncé qu'à compter d'aujourd'hui les déplacements non essentiels vers notre région sont maintenant interdits.

On nous confirme cependant qu'il n'y aura pas de barrages aux entrées et sorties de la région et que les policiers effectueront des contrôles aléatoires.

Les gens qui doivent aller dans une autre région devront également se soumettre à une quarantaine obligatoire de 14 jours.

Dre Omobola Sobanjo, médecin-conseil à la Santé publique, nous explique pourquoi c'était important de signer le décret sans toutefois installer de moyen de surveillance.

«C'est arrivé à plusieurs reprises d'avoir des informations de personnes qui reviennent et qui demandent s'il y avait un isolement à respecter. N'ayant pas de décret c'était difficile à appliquer. C'est sûr qu'on ne pourra pas identifier tout le monde, mais si on arrive à le savoir ça va être important que la personne le respecte. Il va être en infraction s'il ne le respecte pas.»

Au moment d'écrire ces lignes, il est impossible de savoir le montant des contraventions remis aux contrevenants.
 

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus