L'Abitibi-Témiscamingue doit avoir un statut particulier en santé

Dominique Anglade

L'Abitibi-Témiscamingue doit avoir un statut particulier en santé.

C'est ce qu'estime la cheffe du parti libéral du Québec, Dominique Anglade, à la suite d'une rencontre avec la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ).

Selon elle, la région est particulière et les enjeux ici ne sont pas les mêmes qu'ailleurs.

«Il y a une mobilisation des médecins, de la FIQ, de la direction des hôpitaux et tout ça fait en sorte que les gens travaillent ensemble, mais il y a quelqu'un qui ne répond pas présent en ce moment et c'est le gouvernement. On doit donner les moyens d'aller recruter de manière permanente des employés afin de vraiment desservir la population.»

-Dominique Anglade, cheffe du parti libéral du Québec

Pour la cheffe libérale, donnée, les moyens signifient d'assurer des bonifications, d'offrir une nouvelle formation aux infirmières auxiliaires et aux préposés au bénéficiaire.

Elle croit que le gouvernement doit arrêter de faire du mûr à mûrs et s'adapter aux conditions de la région.

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus