L'action collective contre l'Église progresse

Me Justin Wee

La possibilité d'une poursuite au civil progresse pour des présumées victimes de prêtres de la région.

Il y a un an, l'avocat Justin Wee était de passage en Abitibi-Témiscamingue.  Il cherchait à contacter des possibles victimes de la congrégation des Missionnaires Oblats de Marie-Immaculée.

Des gestes auraient été commis entre les années '50 et '90 à Lac-Simon, Pikogan et Winneway.

Les négociations hors cour ont échoué et la demande de recours collectif pourrait être entendue bientôt.

«Il est temps de dénoncer les actes pour lesquels ils ont souffert pendant des années.  Il y a une opportunité maintenant.  Après un certain moment, il ne sera plus possible de réclamer quoi que ce soit auprès de la congrégation dont les membres les ont agressés sexuellement.»

- Me Justin Wee

Au moins 191 personnes, des autochtones et des blancs, seraient inscrites à l'action collective.

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus