L'Institut national des mines pense cybersécurité

Nicolas Théroux

L'Institut national des mines ne laisse aucun détail au hasard.

L'organisation veut s'assurer d'un maximum de sécurité dans l'industrie, alors que la numérisation est devenue monnaie courante.

En lançant un premier portrait de la cybersécurité dans les programmes de formation professionnelle et au collégial, l'Institut espère pouvoir prévenir des dégâts et les limiter si le pire arrivait.

Le conseiller à l'innovation et à la recherche à l'Institut, Nicolas Théroux, estime que des pirates informatiques potentiels, ça existe :

«Les principaux dangers proviennent de pirates qui cherchent à faire de l'extorsion ou à causer des préjudices.  Dans une moindre mesure, ça pourrait être des États, donc un gouvernement étranger qui voudrait déstabiliser.  Ça pourrait aussi être des activistes politiques voulant agir pour des motifs sociopolitiques.»

- Nicolas Théroux

L'institut insiste sur l'importance de protéger les données corporatives et de bien gérer les risques de cyberattaque.

Dix établissements d'enseignement du Québec ont été scrutés pour finaliser le portrait, via six programmes d'études.

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus