La Première Nation de Long Point demande un décret spécial

Steeve Mathias

Alors que les déplacements à l'intérieur de la région sont maintenant possibles, la Première Nation de Long Point s'inquiète de la possibilité d'une éventuelle contamination de ses membres. 

C'est donc pour cette raison que le Conseil de Long Point demande un décret spécial afin que les agents de la Sûreté du Québec aient le pouvoir de faire respecter les mesures adoptées par le Conseil. 

Puisque le territoire de Winneway n'est pas officiellement une réserve, la SQ ne serait pas dans l'obligation de faire respecter les mesures du conseil. 

Pour que les policiers établissent un contrôle routier, la santé publique doit émettre un décret spécial. 

Réclamé depuis le 26 avril dernier, auprès de Dre Sobanjo, le Conseil commence à s'impatienter. 

«La semaine passée, j'ai demandé comment la demande de Winneway a été acheminée aux instances gouvernementales à Québec. Elle m'a répondu que madame Sobanjo l'aurait fait verbalement. Elle s'est engagée pour me transmettre la demande par écrit. Ça fait une semaine et je n’ai toujours rien reçu.» 

-Steeve Mathias, chef de la Première Nation de Long Point

De son côté, Dre Sobanjo affirme que la demande s'est rendue et que la santé publique peut prendre son temps. 

«Pour l'instant, étant donné que la situation en région est stable, les risques d'avoir un cas sont très faibles dans ces communautés. On peut donc se permettre d'avoir toutes les discussions et d'avoir une bonne réflexion sur toutes les mesures nécessaires pour cette communauté, dans un contexte de déconfinement de notre société.» 

-Omobola Sobanjo,médecin-conseil à la santé publique

Elle explique également qu'il y a des discussions qui continuent à se faire durant le processus. 

«Depuis qu’on a eu la demande, on a eu des échanges. C'est-à-dire qu’on a une correspondante qui fait le relais avec toutes les communautés. L'échange a été transmis à plusieurs reprises. On a aussi une instance d'échange auprès des chefs. Il y a également une rencontre prévue avec les chefs de communautés autochtones demain (jeudi).» 

-Omobola Sobanjo,médecin-conseil à la santé publique

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus