La Prestation canadienne d'urgence nuit au recrutement

Argent ISTOCK Stockyme

La Prestation canadienne d'urgence et la prestation canadienne d'urgence pour les étudiants (PCUE) causent présentement un casse-tête pour les entrepreneurs.

Plusieurs commerçants disent avoir de la difficulté à inciter les employés qui touchent la PCU à revenir au travail puisque ceux-ci se rendent compte en calculant qu'il est plus avantageux pour eux de demeurer sur la Prestation que de retourner au travail.

La directrice générale de la Chambre de commerce de Val-d'Or, Hélène Paradis comprend que ce n'est pas une situation facile à ne gérer pour personne.

«On ne peut pas faire du copier-coller dans tous les secteurs d'activités. Il faut vraiment l'adapter à chacun des secteurs. On entend beaucoup les entrepreneurs analyser les différentes options qui se mettent sur la table. En période de mois de mai, l'importance du retour progressif de nos étudiants est un élément très important et qu'il faut pas échapper.»

Hélène Paradis, directrice générale de la Chambre de commerce de Val-d'Or

Selon la CCVD l'occasion est  idéale pour le gouvernement d'apporter les modifications nécessaires alors qu'il devrait annoncer prochainement s'il prolonge la PCU après la mi-juin.

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus