Le ministre Lamontagne dissipe les craintes de l'UPA régionale

Agriculture

La branche régionale de l'Union des producteurs agricoles (UPA) a profité du récent passage en Abitibi-Témiscamingue du ministre québécois de l'Agriculture, André Lamontage, pour adresser plusieurs enjeux.

Le manque d'un abattoir et des ouvriers spécialisés étaient au coeur des discussions. L'UPA a aussi demandé à ce que des programmes spéciaux soient créés en raison de la particularité de notre région et parce qu'elle est éloignée des marchés.

Parlant de programme, à la demande de l'UPA régionale, Québec revoit présentement le système de dépôt et retrait des ventes nettes ajustées (VNA). Les agriculteurs peuvent effectuer un dépôt dans leur compte, selon leurs ventes nettes ajustées, et en contrepartie, ils reçoivent un dépôt équivalent de la Financière agricole du Québec.

« On a eu de bons échanges pendant plus d'une heure et on voit que le ministre est à l'écoute. Au niveau de l'UPA, on a mis un comité en place au niveau du MAPAQ, de la Finanière agricole et la table des préfets. On est la seule région au Québec, à ma connaissance, qui a cette table. C'est pour étudier les programmes de la Financière et du MAPAQ. On sera tout le monde ensemble pour trouver des solutions à notre agriculture. »

- Pascal Rheault, président de l'UPA Abitibi-Témiscamingue

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus