Le passeport vaccinal, l'ennemi du milieu communautaire

image.jpg?t=1603112362&size=Large

Déjà fragilisé par la crise sanitaire, le tissu social pourrait l'être encore plus en raison de la mise en place du passeport vaccinal au Québec.

C'est ce que craint la Coalition des Tables régionales d'organismes communautaires (CTROC), alors que les personnes plus vulnérables pourraient en souffrir.

Selon l'organisme, leur réduire l'accès à des activités sportives, par exemple, pourrait avoir pour effet de les éloigner des organismes communautaires, alors que l'objectif de leur mission est de lutter contre l'exclusion sociale.

La Coalition ne demande rien de moins que l'abolition du passeport vaccinal dans le milieu communautaire parce que les personnes moins favorisées devraient continuer d'avoir accès aux services, peu importe leur statut vaccinal.

« Il y a des organismes communautaires comme une maison des jeunes ou une association de personnes handicapées qui vont utiliser l'activité sportive comme une façon de réaliser leur mission sociale et de créer des liens avec les jeunes. Ils se retrouvent à être obligés, dans le cadre de certaines activités, d'exiger le passeport. Aussi, on ne pense pas que c'est en appliquant un passeport vaccinal qu'on va favoriser la vaccination de chacun. »

- Marie-Eve Duclos, coordonnatrice à la Concertation régionale des organismes communautaires de l'Abitibi-Témiscamingue (CROC-AT)

La CTROC déplore un possible remaniement de son organisation, alors que les employés, à l'instar de ceux dans le réseau de la santé, devront se plier à la vaccination obligatoire imposée par le gouvernement Legault. L'organisme profite d'ailleurs de l'occasion pour dénoncer l'absence d'information de Québec quant à l'application de ces mesures.

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus