Les effectifs encore en baisse au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue

Bâtiment principal Cégep Abitibi Rouyn

C'était la rentrée aujourd'hui au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, et la baisse d’effectifs continue de se faire sentir.

 

On ignore exactement combien d'élèves fréquenteront l'établissement cet automne, les chiffres officiels sortent fin septembre, mais on note toujours une légère diminution. C'est en raison du faible bassin de recrutement principal, les élèves finissants au secondaire dans la région.

Le directeur général du Cégep, Sylvain Blais, demeure toutefois optimiste.

« Effectivement, nos commissions scolaires avaient moins de finissants l'an dernier qu'ils n'en avaient l'année d'avant. Il nous en reste encore pour une année, lorsqu'on regarde les chiffres des commissions scolaires du territoire. On espère que c'est possiblement notre dernière année à la baisse. »

- Sylvain Blais

Le collège se doit aussi de renouveler son offre pour attirer des effectifs, notamment avec de nouvelles attestations d'études collégiales.

68 M$ de plus pour les cégeps

Par ailleurs, le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, a annoncé ce matin que le budget des cégeps est bonifié de 68 millions $ dès cet automne, pour une enveloppe totale de 150 millions $.

La distribution des sommes se fera selon un nouveau calcul, à la suite de la révision du modèle d'allocation des ressources. Le financement tiendra désormais compte des défis de chacun des établissements collégiaux

Ça avantagera les cégeps de petite et moyenne taille, souvent situés en région. Le revenu par étudiant pour les premiers 2000 élèves est majoré de 120 %.

C'est une bonne nouvelle, mais ça n'a pas changé grand-chose pour le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, nous dit son directeur général, Sylvain Blais.

« On est quand même un cégep, je dirais, de moyenne taille, donc oui, on a eu des sommes additionnelles, mais qui sont moins importantes, somme toute, que des établissements de plus petite taille ailleurs dans d'autres régions. Mais toute réinjection de financement est toujours la bienvenue. »

- Sylvain Blais

Politique contre les violences sexuelles

Enfin, en cette période de rentrée, tous les étudiants et le personnel des cégeps et universités seront formés pour contrer les violences sexuelles.

La plupart des jeunes suivront une formation de 45 minutes en ligne.

Au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, la politique pour prévenir et combattre les violences à caractère sexuel est prête et la formation sera donnée au courant de l'automne.

« On va les laisser arriver, il ne faut pas leur faire peur tout de suite et leur dire que notre milieu n'est pas sécuritaire, ce n'est pas vrai, il est sécuritaire, mais c'est sûr qu'on peut toujours améliorer la sécurité. Probablement que dès la mi-septembre, début octobre, nos activités de promotion et de formation en lien avec l'ensemble du personnel et des étudiants vont se mettre en oeuvre. »

- Sylvain Blais, directeur général du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue

Les enseignants ont été formés la semaine dernière pour pouvoir bien la mettre en oeuvre.