Les primes en santé sont un cadeau empoisonné, estime le syndicat

Vaccination Infirmières Cégep

Les infirmières ont intérêt à lire les petits caractères du nouveau contrat que propose le ministère de la Santé.

Une prime pouvant aller jusqu'à 18 000$ est offerte pour attirer des retraitées et des infirmières du privé, en plus de faire passer des temps partiels à temps complet.

À la lecture des documents, la Fédération interprofessionnelle de la santé estime que les modalités sont nettement trop restrictives.

La FIQ pense que la proposition nuit aux travailleuses de soir, qu'elle est punitive au moindre retard et discriminatoire pour ceux qui prennent des journées sans solde.

«Quelqu'un qui est en congé de maternité en ce moment et qui reviendrait le 20 décembre, bien, cette personne-là n'était pas disponible à travailler à temps complet au 15 décembre, ça c'est le critère #1.  Dépassé 5 jours, elle perd la totalité du 18 000$.  En ce moment, il y a beaucoup trop d'exclusions, ce qui peut expliquer pourquoi ça ne lève pas.»

- Jean-Sébastien Blais, représentant régional de la FIQ

Ces allégations sont niées par le ministre de la Santé, Christian Dubé.

La FIQ se réjouit de voir que la levée de boucliers vient des infirmières elles-mêmes.

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus