Malartic lève le ton dans le dossier de la desserte ambulancière

Martin Ferron

La ville de Malartic lève le ton d'un cran dans le dossier de la desserte ambulancière sur son territoire.

Elle adopte une motion pour supporter les paramédics dans leur demande de mettre fin aux horaires de faction.

Cela fait suite au décès d'un citoyen qui aurait attendu les ambulanciers pendant 30 minutes alors qu'il subissait un arrêt cardiaque.

Selon Martin Ferron, il s'agit d'un décès qui aurait pu être évité.

«On a encore un décès qui est, selon nous, lié directement à l'horaire de faction. C'est un décès que la personne n'a pas reçu les soins appropriés par des professionnels. Ce n'est pas normal que notre commande du restaurant arrive plus vite que de sauver une vie avec une ambulance. Ce n'est pas normal. Ça n'a aucun bon sens.»

-Martin Ferron, maire de Malartic

Pour le maire de Malartic, il s'agit de la priorité numéro un.

«Je prends ce dossier-là à bout de bras et tant qu'il ne sera pas réglé, ils vont nous voir dans leur visage, on va aller à Québec. Notre député devra mettre son point sur la table. S’il veut bien représenter ses citoyens, il devra s'impliquer directement pour que ce soit réglé dans les prochains jours. Ce n'est plus une question d'argent. Par rapport au budget de la santé, c'est des détails. Ils se disent un gouvernement des régions, qu'ils nous le prouvent, c'est le temps.»

-Martin Ferron, maire de Malartic

Rappelons qu'en aout, le syndicat des paramédics avait profité du passage en région du premier ministre pour faire entendre ses demandes.

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus