MISE À JOUR La prison à vie pour Justin John Bresaw

Justin John Bresaw lors d'une comparution au palais de justice d'Amos en 2020

Justin John Bresaw est condamné à la prison à vie.

L'homme de 43 ans a choisi ce matin (mercredi) de ne pas offrir une défense de non-criminalité pour troubles mentaux.

Le juge de la Cour supérieure, Étienne Parent, a donc rappelé qu'en mai 2019, il l'avait reconnu coupable de trois meurtres au deuxième degré, sur Diane Duhaime, René Deschatelets et Jean-Guy Labelle.

Le juge estime que la confession des trois meurtres par Bresaw à son père est «dévastatrice».

Les faits reprochés remontent à septembre 2012, dans une maison où Bresaw louait une chambre.

Dans ce scénario, il écope de trois peines de prison à vie.

Lors des représentations sur sentence, l'avocate de la Couronne, Me Geneviève Lamontagne, a demandé au juge une période de 18 ans avant que Bresaw ne puisse demander une libération conditionnelle.

Bresaw n'avait pas d'avocat pour le représenter.  Après la pause à 10h00, Bresaw a refusé de revenir en visioconférence pour débattre de la peine.  Il n'a donc pas pu donner son opinion au juge Parent.

Le juge prend le tout en délibéré et rendra sa décision le 15 juillet.

Juste avant, Bresaw a disjoncté devant la décision du juge de réaffirmer qu'il était coupable.

Il a qualifié le juge de cinglé et d'homme malade.

Juste avant, Bresaw avait dit que jamais dans sa vie il n'avait été fou.  Pas aujourd'hui, ni en 2012 quand trois personnes ont été tuées à Amos.  Bresaw reconnaît qu'il y a eu des morts, mais soutient mordicus qu'il n'est pas le tueur.  Il a même ajouté que son surnom était «l'Ange».

Bresaw a été reconnu coupable en 2015, avant que la Cour d'appel n'ordonne le deuxième procès, qui a débuté en avril 2019.

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus