Pornographie juvénile : elle retrouve sa liberté

Palais de justice d'Amos

Marie Talbot n'est plus en prison.

La femme de 40 ans de Guyenne était détenue depuis début avril, après avoir été épinglée dans une rafle de la Sûreté du Québec.

Accusée de production, transmission, possession et accession à de la pornographie juvénile, elle va plutôt être transférée dans un centre de thérapie de Québec, le temps de son processus judiciaire.

Elle reviendra au tribunal en juillet.

Entre temps, elle a plusieurs conditions à respecter : elle ne peut pas se trouver en présence de mineurs sans la présence d'adultes et elle n'a pas le droit d'aller dans les parcs, les garderies et les terrains de jeux.

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus