Que va-t-il arriver avec les terrains de golf?

golf

Comme on le sait, plusieurs secteurs d'activité sont présentement dans le néant quant à leur situation pour les prochains mois et les terrains de golf ne font pas exception. 

L'ouverture des terrains se fait habituellement vers la mi-mai, mais n'ayant pas le OK du gouvernement, les clubs se préparent à toutes éventualités. 

Ils sont tous de même très confiant de pouvoir ouvrir avec des mesures afin de respecter les consignes du provincial. 

«Les gens vont n’avoir qu'une seule personne par voiturette, le chalet ne sera pas ouvert avant la fin août, à cause du niveau de rassemblement permis. Au point de vue du parcours, on sait qu'il n'y aura aucun accessoire, donc pas de râteau par exemple. Pour les fanions, il va falloir avoir un système où l'on ne touche pas au fanion ni au trou.»

-Patrick Loiselle, directeur sport et professionnel en titre au club sport Belvédère 

Les chances que les golfs fassent des profits sont cependant très faibles. 

«Une décision où ce serait des groupes de deux seulement, on va pouvoir faire jouer juste une centaine de golfeurs par jour. Comme on dit, ça ne fait pas des enfants forts. On a quand même des frais fixes et un entretien de parcours qui va être au minimum, mais ça coute quand même des sous.» 

-Patrick Loiselle

Patrick Loiselle est conscient que la situation pourrait peut-être aider son sport d'une certaine façon. 

«Je trouverais ça un peu dommage que les autres sports ne puissent pas pratiquer, mais, si c'est le cas, on va essayer de notre côté d'en profiter au maximum et de développer le plus de golfeurs possible. Parce qu'on sait que le golf on peut jouer ça toute notre vie. C'est un sport qui est exigeant quand même physiquement, mais qui nous permet de vivre un petit peu plus longtemps.»

-Patrick Loiselle

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus