Racisme : 142 recommandations de l'ex-juge Viens

Jacques Viens

L'ex-juge Jacques Viens émet 142 recommandations après avoir mené une commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec.

Elles touchent la santé, les services sociaux, la justice, la police et la jeunesse, notamment.

Jacques Viens dépose son rapport à Val-d'Or, là où tout a commencé par des allégations en 2015.  Il estime qu'il y a bel et bien du racisme dans les services gouvernementaux et suggère au gouvernement Legault de l'admettre tout de suite :

«Aussi, je recommande au gouvernement de faire amende honorable et de présenter des excuses aux peuples autochtones du Québec pour les préjudices causés depuis trop longtemps par les lois, les politiques, les normes ou les pratiques des services publics à leur endroit».

- Jacques Viens

Jacques Viens soutient ensuite que le gouvernement doit rétablir le lien de confiance :

«À mon avis, le véritable problème réside dans le fait que la majorité des solutions mises de l'avant prennent la forme de projet-pilote ou de programmes dont le maintien dépend, année après année, des sommes disponibles.  Difficile, dans un tel contexte, de construire sur du long terme».

- Jacques Viens

Des ministres caquistes étaient à Val-d'Or pour l'annonce.

«Nous allons, dans un premier temps, nous asseoir avec les représentants des communautés pour le développement de solutions durables et à la priorisation des solutions les plus urgentes».

Geneviève Guilbault, ministre de la Sécurité publique

«Nous ne tolérerons pas aucune forme de discrimination dans un ou l'autre des services publics donnés au Québec».

- Sylvie D'Amours, ministre responsable des Affaires autochtones

François-Olivier Dénommé, Bell Média. Phot : Geneviève Guilbault, Sylvie D'Amours et Lionel Carman

« Ce rapport-là devrait être lu, pas juste par les autorités, mais par les citoyens.  La question de discrimination systémique, c'est un enjeu social qui concerne tout le monde, et les solutions aussi doivent venir de l'ensemble de la société».

- Édith Cloutier, directrice du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or

Le gouvernement tend la main aux peuples autochtones et les invitent à une grande journée de dialogue, le 17 octobre prochain.