Senneterre : un décès dû à des circonstances malheureuses

Urgence de Senneterre

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) indique que la mort de Richard Genest, 65 ans de Senneterre, aurait été difficilement évitable.

Même si l'urgence de Senneterre avait été ouverte de nuit, ses chances de survie étaient très faibles.

La Santé publique régionale demeure campée sur sa position initiale, pointant davantage du doigt la couverture ambulancière insuffisante plutôt que le plan de contingence comme cause.

Senneterre était découverte parce que l'ambulance de la municipalité répondait à un autre appel à Val-d'Or. Ce sont donc les ambulanciers de Barraute qui auront pris en charge le patient plus de 1h10 après son appel.

« En aucun cas, l'arrivée de ce patient au CLSC de Senneterre n’aurait été utile. Le patient était dans une condition extrêmement critique. Il faut comprendre dans le dossier que la pathologie et des circonstances malheureuses sont responsables du décès. C'est extrêmement difficile de blâmer qui que ce soit. Une organisation préhospitalière ou hospitalière parfaite n'aurait probablement pas sauvé la vie du patient. »

- Dr Jean-Guy Ricard, directeur médical régional des services préhospitaliers d'urgence

Le Bureau du coroner enquêtera sur la série d'événements afin de faire la lumière sur le décès.

Infolettre ÉNERGIE

Pour ne pas manquer aucun concours et nos meilleurs contenus